SOSBLIGUDO project
Finished! Thank you everybody. Our campaign is now over. ×
1,508 Raised
15% of €10k goal
30 contributors
0 days left
Ended Dec 17, 2015
Depuis le retour des grands prédateurs dans notre pays, leur gestion est problématique notamment à cause de la prédation engendrée sur les troupeaux domestiques. Cela fait près de deux ans que je travaille à ... [lire la suite: "read more"] + VIDEO More ...
"Ulysse [le berger] ne soupçonnait pas que l’efficacité est le 
résultat d’une collaboration étroite entre l’homme et le chien.
C’est évident pour leur chien de conduite, mais ils ne savent pas
encore avec les patous."

Vous entendez et savez que la gestion du loup dans les Alpes françaises mais aussi du lynx dans le Jura et de l’ours dans les Pyrénées se veut problématique et ne cesse de soulever les foules, à cause notamment de la prédation engendrée sur les troupeaux domestiques.
Avec le retour de ces grands prédateurs, sans oublier les chiens divagants, le chien de protection est redevenu en quelques années un outil de protection des troupeaux largement employé.

Expérimenté par de nombreux éleveurs, organismes agricoles, employés de l’Etat[1], associations et autres, dans certaines régions de France comme à l’étranger (Italie, Espagne, USA, etc.), le chien de protection est reconnu comme étant adapté à la prédation des grands prédateurs et efficace notamment lorsqu’il est associé à d’autres des moyens de protection existants (bergers, clôtures, regroupements nocturnes, etc.). Pourtant, sur notre territoire, il ne cesse de faire débat tant sur sa mise en place que sur son efficacité.

Il est vrai que la majeure partie des connaissances acquises sur l’utilisation de ces chiens reste empirique, et, si plusieurs études ont été effectuées pour améliorer leur introduction et conseiller les éleveurs, aucune ne s’est intéressée au fonctionnement[2] de ces chiens.

Cela fait près de deux ans que je travaille avec une équipe de biologistes, éthologue et techniciens, à la réalisation d’un vaste projet scientifique pour approfondir les connaissances sur l’utilisation, le fonctionnement et le choix des chiens de protection des troupeaux.

Cela permettrait d’acquérir et de valider scientifiquement des connaissances fondamentales sur lechien de protection en terme de présence au troupeau, d’aptitude à la protection et de cohabitation avec d’autres usagers.

Ces connaissances pourraient alors faciliter la mise place d’une sélection des chiens, éventuellement permettre d’augmenter leur efficacité et de réduire les conflits d'usage en apportant aux éleveurs des outils d’aide à l’analyse et à la décision. C’est également en déterminant le budget temps et le bilan énergétique des chiens de protection, jusqu’alors inconnus, que leurs besoins seront mieux appréhendés.


Je crois que pour la cohabitation réelle des grands prédateurs et des Hommes dans nos régions, nous devons prendre en compte les besoins des multiples usagers de la montagne ou de la Nature en général et trouver ou conforter des moyens d'y parvenir. Dans des régions comme celles des Alpes, le tourisme, le pastoralisme ainsi que les prédateurs sont respectivement sources de richesses territoriales, culturelles et naturelles, ne l’oublions pas.

Plusieurs Parcs naturels Régionaux et Nationaux, des éleveurs, des organismes agricoles et des associations naturalistes ont été intéressés par le projet et comptent aujourd’hui parmi les partenaires de l'étude (en tant qu’exploitations et territoires tests notamment) mais l’argent pour commencer manque cruellement.
En effet, après présentation du projet aux Ministères (Agriculture et Ecologie) et constitution d’un dossier pour une demande de financement totale ou partielle, ils préfèrent ne pas s’engager sur cette problématique trop brulante et pour laquelle ils se rejettent la responsabilité, bien qu’ayant jugé de l’intérêt certain d’une telle étude (notamment en vue des multi partenaires du territoire engagés).


Aidez-nous à collecter des fonds, ou à diffuser cette cause autour de vous et suivez le projet pour ACCOMPAGNER LES ELEVEURS DANS DES SOLUTIONS INNOVANTES EN VUE D’ASSURER LE MAINTIEN VOIRE LE DEVELOPPEMENT DE LEUR ACTIVITE TOUT EN LEUR PERMETTANT DE REPONDRE AUX ENJEUX DE LA BIODIVERSITE, aujourd'hui cruciaux.

=> regardez la vidéo explicative du projet!

[1] Les chargés de mission pastoralisme/prédation au sein des DDT qui suivent et instruisent les contrats de protection pour les éleveurs. Ils peuvent notamment placer et suivre les chiens de protection dans les exploitations concernées.

[2] Façon dont le chien exploite son environnement (facteur durée, distance, emplacement)



ENGLISH

With wolves returned to the Alps, the lynx reintroduced in the Jura, and bears present in the Pyrenees, as well as problematic stray dogs, sheep guarding dogs have become ever more useful in France as a means of protection. However most of our knowledge concerning the guarding dogs is empiric. No study has looked into how these dogs actually work. More specifically the spacial behavior of the adult dogs and how this correlates to the social behavior of puppies.

It is generally accepted that the presence of these dogs in the flock is the first step for protection efficacy. The question is how the pup ʼ s social behavior with the flock and also with humans determines his social and spacial behavior as an adult ?

This project proposes to analyze the influence of various factors on the pup and on the way, once he is an adult, he will use space when outside with the sheep.

-       The social behavior of the pups will be studied at different stages of their development to evaluate their interest in the flock, in other dogs, and in humans.

-       The movement of the dogs when adults, their interactions with the environment, as well as their patterns of activity will be quantified and qualified using GPS collars, proximity loggers, and accelerometers during a defined period of time when the sheep pasture.

This study will allow us to scientifically obtain and validate fundamental knowledge on how sheep guarding dogs function and cohabit with others. This knowledge should help establish dog selection and more specifically improve efficacy and reduce conflicts. It also will give sheep owners helpful tools for analyze and decision making. Equally by determining the protection dogsʻ time budget and energy expenditure, presently unknown, their needs will be better understood.

It's been almost two years that I have been fighting to carry out this wide study. Despite that many Regional and National Parks, livestock owners, and Nature Associations are interested by the project and take part to the project, the government remains reserved and the money to get started is sorely missing.

For true cohabitation of predators and humans in mountain regions and Nature in general, we have to factor in the needs of multiple users.

Please help me raise funds for the project and follow this three year study about livestock guarding dogs, sheep and wolves and, take advantage of the project results for wolf preservation in your home country.

=> Play the video on the middle screen!

Activity highlights See all 40
Follow this campaign to receive updates by email.

People just like you

People just like you have raised $86+ million for causes they and their friends care about.

Start your own campaign
Recent contributions